Logo denier

Devenir prêtre ?

Qu‘est-ce qu’un prêtre ?

“Le sacerdoce, c’est l’Amour du Coeur de Jésus”
Le 19 juin 2009, solennité du Sacré Coeur, Benoit XVI ouvrait une “année sacerdotale” pour “promouvoir un engagement de renouveau intérieur de tous les prêtres, afin de rendre plus incisif et plus vigoureux leur témoignage évangélique”. C’est sous le patronage de saint Jean Marie Vianney que le Pape a souhaité aider les prêtres à revivifier le don du sacerdoce qu’ils ont reçu afin de rendre leur ministère plus fructueux. Dans cette perspective, nous essaierons de relire la pédagogie de Benoit XVI en mettant en valeur les intuitions et les convictions fortes sur le sacerdoce qu’il a données à l’Eglise.  
Nous pouvions attendre du Pape qu’il donne des conseils et des recommandations pour mieux vivre le ministère. En réalité, il ne le fait que dans un deuxième temps. Il nous incite d’abord à revenir au fondement de l’agir des prêtres. Benoît XVI nous invite à méditer sur l’identité du prêtre. La célèbre formule du Curé d’Ars qui définit le sacerdoce comme « l’Amour du Cœur de Jésus » prend ainsi une place majeure dans la pensée de Benoît XVI. L’agir et le style de vie des prêtres en découleront naturellement. Pour le dire autrement, la mission des prêtres ne se comprend que dans le mystère de leur consécration. Or le prêtre trouve son identité véritable dans sa participation au sacerdoce unique du Christ, unique prêtre de la Nouvelle Alliance : il est une image vivante et transparente du Christ prêtre dont il continue la mission. Le sacerdoce du Christ, en sa nouveauté absolue dans l’histoire du salut, constitue la source unique et le paradigme du sacerdoce chrétien, et en particulier du prêtre. La référence au Christ est ainsi la clef absolument nécessaire pour la compréhension de la réalité du sacerdoce. 

Comment savoir si je suis appelé ?

Dieu appelle

La vocation au sacerdoce est d’abord un appel amoureux du Seigneur : Dieu sème dans certains cœurs un désir de Lui être tout donné pour annoncer aux hommes le Salut. Dans une vie concrète, cet appel se manifeste souvent de manière discrète, qu’il faut savoir repérer. Il passe notamment par trois choses : le désir, l’expérience et les aptitudes. Un désir profond de s’unir au Christ, d’évangéliser et de servir Dieu d’un cœur sans partage ; l’expérience d’une joie particulière procurée lors de moments consacrés à Dieu, dans la charité en acte ou la prière ; et les aptitudes personnelles qu’on a. Par là, on peut reconnaître que le Seigneur nous appelle ; être prêtre est bien à la fois l’acceptation d’une invitation de Dieu et la réponse aux désirs les plus profonds du cœur.
Il faut encore préciser : Dieu appelle librement qui Il veut, et sans considération des mérites. L’Apôtre n’est pas choisi parce qu’il est meilleur que les autres – le nombre de fautes de Pierre, chef du collège apostolique, le montre bien, et lui-même en a conscience (cf Lc 5, 8). Dieu ne choisit pas les meilleurs, Il choisit « ceux qu’Il veut » (Mc 3, 13).
Son appel s’entend dans le silence du cœur. En même temps, cet appel est éminemment personnel, c’est-à-dire qu’il vient rencontrer ce qu’il y a de plus profond dans notre personne, et révéler la meilleure part de nous-mêmes.